-=[ The fics paradise ]=-

Des fics à volonté
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez
 

 OS - C'était elle ou Potter

Aller en bas 
AuteurMessage
Orlina

Orlina

Nombre de messages : 170
Date d'inscription : 02/08/2006

OS - C'était elle ou Potter Empty
MessageSujet: OS - C'était elle ou Potter   OS - C'était elle ou Potter EmptyMer 2 Aoû - 4:15

--------------------------------

Bonne Lecture

--------------------------------


--------------------------------------------------------------------------------


... Comprenez moi, c’était elle ou Potter.

Je me trouvais encore une fois impuissant face aux aléas de la vie, de cette vie si injuste et sadique qui aime à nous mettre face à des choix impossibles.

C’était elle ou Potter, je n’avais aucune alternative.

Je ne pouvais sauver les deux, je le savais, je le sentais, je devais faire un choix: c’était elle ou Potter.

Je ne suis pas un héros, je n’ai pas plus de pouvoirs magiques qu’un autre, je ne suis qu’un homme, un bien piètre homme qui ne peux pas même sauver deux adolescents.

Car c’était elle ou Potter, il me fallait choisir qui vivrait et lequel je devrais laisser mourir.

Ils étaient tout les deux allongés, inconscients, ils auraient connu bien des tourments si jamais je n’en avais pas sauvé un des deux, laissant l’autre à une mort rapide qui serait due à la rage de vous-savez-qui. En quelque sorte je sauvais les deux ainsi, non?

Je ne nie pas que la seule chose que j’essai de faire est de soulager ma conscience, en essayant d’expliquer l’inexplicable et d’avouer l’inavouable.

Mais je ne suis pas un héros, que vouliez vous que je fasse dans une telle situation?

J’étais moi-même blessée, on m’avait fait subir quantité de doloris pour satisfaire les pulsions sadiques du seigneur noir, et une de mes jambes ne répondait plus aux messages désespérés de mon cerveau.

Seulement ce n’était pas moi qui étais entre vie et trépas, c’était eux deux.

Il fallait que je choisisse vite, entre elle ou lui, que vouliez vous que je fasse d’autre?

Il était le sauveur du monde sorcier, notre seul espoir d’un monde meilleur, d’un monde en paix, d’un monde sans mage noir qui s’amuserait à faire régner la terreur sur nos vies et nos cœurs.

Elle, ce n’était rien qu’une anonyme parmi tant d’autre, sans intérêt pour les égoïstes que nous sommes tous…

Potter avait une jambe en moins, ça avait calmé Vold…le seigneur noir la première fois, l’empêchant ainsi de massacrer le gamin sur le coup. Il saignait beaucoup et j’avais été chargé de soigner sa blessure pour qu’il n’en meurt pas, mais pour qu’il en souffre plus: je l’ai fais, maudissant la place que l’on m’avait attribué pour cette fichue guerre qui me poussait à obéir à ces ordures et à faire du mal à mon seul espoir de rédemption: Potter.

Quand à elle, ils l’ont violée, je ne sais plus comment j’ai réussi à ne pas vomir en voyant la scène, je ne sais plus comment j’ai réussi à me tenir assez occupé durant ces longues heures pour qu’ils ne m’appellent pas ‘prendre mon pied’ avec eux cette fois encore, je ne sais plus rien si ce n’est qu’elle avait dû en venir à envier le sort de Potter, et je la comprendrais aisément si ça a été le cas.

C’était elle ou Potter, Albus, excusez moi de ne pas avoir été à la hauteur…une fois encore…

Mais comprenez, il était un adolescent, connu de tous, aimé, adulé de chacun pour certains actes qu’il n’a pas commis. Il n’a pas eu d’enfance, pas eu d’adolescence, comment lui refuser un avenir?

Et sans lui nous courrons tous à notre perte. Car sans lui des atrocités pareil il y en aura jusqu’à la fin du monde sorcier… sans notre Harry Potter national, seul détenteur du pouvoir de mettre fin à nos douleurs.

J’avais aussi le pouvoir de mettre fin à ses douleurs à lui, en somme j’avais tous les pouvoirs, non?

Qui aurait pu choisir de sauver cette gamine plutôt que lui?...Hein, Albus! Qui?

Elle n’avait rien pour elle, une élève moyenne, sans attrait, qui s’était faite violée par un nombre si grand d’homme en une heure qu’aucune femme ne pourrait jamais avoir comme amant en une vie. Elle était, vide, seule (car vous savez que toute sa famille à périt dans un attentat il y a à peine deux mois de cela, Albus), et désespérément brisée.

Ses larmes même semblaient refléter le fond de son âme: rouge et torturée.

C’était cette fille recroquevillée sur elle-même, inerte mais consciente d’être salie à jamais par l’homme, ou lui Harry Potter, diminué physiquement, encore alerte et combatif psychologiquement, si on en croit sa manière de lutter encore après le 12ème doloris avant de tombé, inconscient.

Qui auriez vous choisi Albus, qui auriez vous sauvé, qui auriez vous laisser mourir?

Mais suis-je bête, si vous aviez été à ma place, vous, vous auriez eu le pouvoir de les sauver tout les deux, quitte à y laisser votre vie.

Moi j’aurais volontiers laissé la mienne si cela avait pu les sauver l’un comme l’autre.

Je ne suis pas un héros…mais je ne suis pas un monstre non plus. Albus, vous savez que tous me croient sans cœur et uniquement préoccupé par ma propre personne comme tout bon Serpentard qui se respecte. Ils ne savent rien de moi et me jugent, et voici quelque chose encore pour appuyer leurs médisances contre moi.

J’ai un cœur, et c’est bien la le problème Albus. Si je n’en avais pas eu, ce choix ne se serait même pas posé à moi en premier lieu. J’aurais eu l’esprit bien plus libre par une conscience vide.

Albus, qu’auriez vous fait?... Me jugerez vous, vous aussi? Me maudirez vous de n’avoir pu les sauver tout les deux?

C’était elle ou le survivant, encore maintenant je ne sais si j’ai fais le bon choix…je n’en sais rien, personne ne devrait avoir à se poser une question aussi horrible!

Personne…

Alors qu’ai-je donc fait pour mériter que ce choix s’impose à moi?...
Comme ce statut d’espion que je ne pensais pas aussi dur, mais au moins il s’était imposé à moi ce choix ci. J’étais destiné à devenir mangemort de toute manière, mon père n’aurait pas supporté de refus, mais moi, de mon côté, je ne pouvais supporter d’être du côté du mal et non de celui de la lumière…

Savez vous Albus, que j’ai regretté à certains moments d’avoir une âme, d’être capable de ressentir et d’avoir une morale? J’aurais aimé en être dépourvu, ne plus faire tout ces cauchemars dans lesquels je revivais mes meurtres, mes viols (autant ceux que j’ai commis que ceux que j’ai subits), mes attaques, mes tortures, les potions destructrices que j’ai pu concocter, les morts qui en ont résulté…
Je n’aurais pas eu tellement mal, je n’aurais pas eu peur de me regarder dans la glace, craintif à l’idée que je ne devienne aussi monstrueux à l’extérieur que je l’étais à l’intérieur.

Savez vous qu’avant chaque repas, chaque cours, je me lavais un nombre incalculable de fois les mains, mais toujours, toujours, je croyais y voir perler une goutte de sang rappelant les torrents de ce liquide poisseux qui me sont déjà passés à travers les doigts.

Saviez-vous tout cela Albus? Saviez-vous que je souffrais le martyr, que ces doloris commençaient à me faire mourir petit à petit, Pomfresh avait déjà remarqué que mes poumons faiblissaient, et que mon sang n’était pas toujours bien irrigué après ces meetings avec le Dark Lord.

Et savez-vous que le fait que c’eut été entre elle et lui m’horrifiait comme jamais aucun mot ne pourra vous le transmettre à sa réelle intensité…

C’était entre elle et Potter, avais-je vraiment le choix?

Après tout toute personne à ma place aurait choisi de faire survivre Potter, pour qu’il mène à bien sa mission et que nous vivions un jour à nouveau en paix.

Pour qu’il puisse finir sa vie comme il l’entend, et profiter de sa vie, de ses amis (dont beaucoup ont périt, comme Ron, Fred et George Weasley, ou encore Seamus Finnigan) et de sa renommée.

Le choix ne se faisait pas n’est-ce pas? Après tout depuis le début il n’y a que lui qui importe, n’est ce pas?

James puis Lily Potter se sont sacrifiés pour lui, Black aussi, et Lupin n’a pas fait exception, j’ai failli mourir de nombreuses fois pour qu’il vive, Minerva elle n’a pas seulement failli…

Qu’il meurt ce jour là aurait été une aberration sans nom, n’est ce pas Albus?

C’était elle ou Potter!

Elle n’avait plus rien à vivre, juste une vie sans famille, des amis qui mourraient et d’autres qui le ferait un jour ou l’autre, et puis elle aussi risquait de mourir dans une autre bataille ou simplement mourir de honte dans son propre sang qu’elle aurait fait couler elle-même.

Le choix s’imposait de lui-même, n’est ce pas Albus, n’est-ce pas?

Entre elle et lui, il n’y avait pas besoin de penser beaucoup pour savoir quel choix, le plus stratégiquement logique, était le bon.

Mais voyez vous, Albus, je n’avais pas beaucoup de temps…

J’ai cru un moment pouvoir les sauver tous les deux, mais je me suis retenu à temps: je sais à présent quand faisant cela je les aurais perdu tous deux, et moi avec.

Et mon problème Albus, c’est que je n’ai pas pensé.

C’était elle ou lui.

C’était lui ou elle.

Celui qui détient notre avenir entre ses mains, et celle qui détient mon cœur entre les siennes…

Je n’ai pas pensé, Albus, c’était lui ou elle, c’était Potter ou celle que j’aime, c’était Potter ou Ginny.

Mon cœur a prit la décision, pas moi!

Je n’y suis pour rien, Albus, pardonnez moi.

Je sais que nous n’avons à présent plus d’espoir, Potter doit être mort ou en bien mauvaise posture.

Je sais que toute personne normale aurait sauvé Potter plutôt que la jeune Weasley, la dernière de la lignée, mais je ne suis pas une personne normale Albus… je ne suis rien.

Prenez cette lettre comme une démission, mais faite moi aussi une faveur.

Prenez soin de Ginny, même si je sais qu’elle mourra un jour ou l’autre, la guerre étant perdue d’avance.

Prenez soin de vous, Albus.

Et une dernière faveur, je ne veux aucune fleur, aucun discours élogieux, je ne veux aucun invité hypocrite, je ne veux aucun ornement sur ma tombe, je n’ai pas grand-chose à léguer, mais toute ma fortune, donnez-la à Ginny.

Ne lui dites jamais que je l’aimais, ne lui dites jamais que sans elle Potter serait en vie, et le monde sorcier aurait toujours son jeune héros et sauveur. Ne lui dites rien…

Ne lui dites même pas d’où vient cet argent tombé du ciel pour elle.

Demandez lui de tout quittez, d’aller loin, ma fortune est assez élevée.

Merci Albus, merci de ne pas me juger…même si après ce que je viens de faire et ce que je m’apprête à faire cette fiole à la main, ce sera dur, merci pour tout.

Je vous dois les quelques instants joyeux que j’ai vécu, les seuls instants où j’étais en sécurité et où j’ai eu un père: vous!

Je vous dois tant… je suis désolé de ne pas pouvoir vous le rendre.

Amicalement,

Severus Snape.



FIN-----------------

Voila, j’espère que ça vous a plut.

N’hésitez pas à reviewez surtout… et puis non, chui pas obsédée par les Severus/Ginny(cf. Captif), ce ne sont que des spéculations, non mais!

J’avais envie d’ajouter ça :

Petites précisions, j’imagine que Mme Pomfresh ne doit pas me mépriser et je lui facilite son diagnostic :
Heure du décès : 1 h27 a.m
Cause : Ingurgitation de la potion de mort dont je suis, fus, le créateur.

La potion est étiquetée en rouge, au cas où vous pouviez en avoir besoin.
Celle étiquetée en Vert est à retardement, 4goutte égale 30min de retardement, j’en ai usé sur une cinquantaine de mangemorts avant de sauver Ginny, appelez cela un départ en beauté…



Mais je me suis retenue, ça casse tout le drama de la lettre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
OS - C'était elle ou Potter
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Marie-Thérèse d'Autriche - Joëlle Chevé
» Certe, elle n'était pas femme et charmante en vain (Victor Hugo)
» [Patrick Poivre d’Arvor] Elle n'était pas d'ici
» [ MICRO CIMBALI LIBERTY ] elle est comac !
» Convention harry potter

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-=[ The fics paradise ]=- :: -=[ Fan-fics ]=- :: Fan-fics d'Orlina-
Sauter vers: