-=[ The fics paradise ]=-

Des fics à volonté
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez
 

 OS - Le dernier coucher de Soleil

Aller en bas 
AuteurMessage
Orlina

Orlina

Nombre de messages : 170
Date d'inscription : 02/08/2006

OS - Le dernier coucher de Soleil Empty
MessageSujet: OS - Le dernier coucher de Soleil   OS - Le dernier coucher de Soleil EmptyMer 2 Aoû - 3:43

Chap. ½


LE DERNIER COUCHER DE SOLEIL !


Les ténèbres prennent déjà d’assaut la douce clarté déclinante de l’astre du jour. De magnifiques couleurs résultaient de ce combat entre lumière et obscurité. Je connais l’issus de ce combat pour l’avoir admiré un nombre incalculable de fois.

Je ne peux dire qui du jour ou de la nuit je préfère. Ils ont tout deux tellement d’attraits, tellement de beauté et cache tellement d’horreurs !

La nuit est le royaume de l’hypocrisie. Ce qui ne se fait à la pleine lumière du soleil se passe sous les rayons diaphanes de la lune. La nuit est reine de crimes dans nom. Mais le jour sans être aussi sanglant en est tout aussi mauvais et dangereux. Aucune fuite n’est possible lorsque cet immense projecteur vous fusille de ses rayons ardents constamment.

J’aime la nuit car je peux y être moi-même sans porter ce masque d’indifférence et de mépris que j’aime et que je Dois revêtir à l’éclat du soleil. Mais j’aime le jour également. Ce jour qui me permet de faire sortir toutes mes tentions. Ce jour qui me donne l’impression d’être en sécurité car durant ces quelques heures j’ai la situation de ma vie bien en main.

Je hais la nuit qui me rappelle ma vulnérabilité. Cette même nuit qui, amenant l’obscurité, amène par la même occasion les souvenirs, les remords, la mort, les pleurs.

Je hais le jour pour bien des raisons. Car je sais qu’il précède la nuit et qu’il est bien trop court et prends un malin plaisir à me livrer sans défense à ma pire ennemie meurtrière. Je hais le jour car il est la continuité de la nuit.

Je le hais, l’abhorre car c’est le matin, juste avant l’aurore, que tout m’assaille. Les choses que j’ai faîtes, celles que j’ai vu et n’ai pu éviter, les choses que j’ai ressentit comme le fait que par ma faute d’autres ne ressentiront jamais plus rien. Je hais aussi le jour car je dois rester enfermé sous ma coquille, mon masque. Et j’étouffe !

Rien n’y fait. Jour ! Nuit ! Deux mots horriblement beaux et magnifiquement vils !

Je n’en peux plus !

C’est dur d’être deux personnes différentes simultanément et ce chaque jour. Ou devrais-je dire trois personne différentes ? L’une d’entre elle est moi, les autres ne sont que des rôles que je joue. Cependant la vraie facette de ma personnalité n’est connue que de moi-même. Les deux autres sont détestées !

La nuit je suis un meurtrier qui n’a d’autre passion que celle du sang. Le jour je suis un professeur exécrable qui favorise les élèves de sa propre maison et punit les autre sans raison !

J’aimerai tant être un professeur juste et aimé de ses élèves mais le fait est que je suis mangemort et par conséquent les gens n’ont aucun droit de m’aimer. La conséquence d’un tel acte serait la mort. C’est déjà arrivé une fois, je ne veux pas que cela se reproduise. Jamais ! Tout le monde doit me haïr. Pour leur propre bien.

Mais moi, malgré moi, j’aime et prit à mon propre jeu, la personne que j’aime m’abhorre ! Mais peu importe car je l’aime trop pour lui infliger mon amour. A la place je lui inflige mon courroux. Comme cela il est en sécurit !

Oui : il ! C’est un homme. Devrais je dire un jeune homme ? Je n’en sais rien. Il a l’âge d’un adolescent mais dans ses yeux brillent la lueur qu’il y a dans les yeux des gens qui en ont déjà trop vu dans leur vie. Trop d’horreurs ! Il a la sagesse d’un homme mur et l’audace et le courage d’un lion !

En fait j’ai bien conscience de me voiler la face lorsque je pense agir aussi durement avec lui pour le protéger de mon statut de mangemort. C’est pour me protéger moi-même que je le fais.

Pour ne pas qu’il me voit son mon vrai jour, tel que je suis réellement et qu’il me rejette tout de même. Je ne supporterai pas qu’il me rejette si jamais je lui révélais toutes mes pensées ! Je ne veux pas !

Je veux qu’il ne voie en moi que l’exécrable professeur Severus Snape qui s’acharne sur lui depuis qu’il a mit les pieds à l’intérieur de l’enceinte de Poudlard ! Cet Harry Potter considéré comme un héros pour un exploit qu’il n’a jamais eu l’intension de réaliser. Personne ne le voit comme je le vois moi ! Ce n’est pas tant le héros en lui que j’aime mais le garçon qui se cache derrière cette cicatrice. Cette foutue cicatrice qui a dicté sa vie depuis ses un ans.

Cette cicatrice qu’il a reçu de celui que je sert le jour même ou il à tout perdu. Ses parents…..et même son parrain, ce Sirius Black, ce traître, vil personnage !

Comment un être peut il vouloir du mal à ce petit être innocent qu’est Harry Potter ? Je veux dire à part le Dark Lord bien sur. C’est inhumain ! Mais Sirius Black n’a jamais été vraiment humain. Mais je trouve tout de même étrange qu’il ait pi être le plus fidèle serviteur du seigneur des ténèbres sans que nous autres, mangemorts aient été prévenus. Certes à cette époque il restait discret sur plusieurs choses mais tout de même. C’est étrange !

Mais cela n’a plus aucune importance. Ce qui est fait est fait. Le passé restera à jamais inchangé. C’est triste, injuste mais c’est comme cela !

Supporterai-je encore une nouvelle nuit qui s’annonce plus que sanglante ? Cette marque des ténèbres ne me laisse aucunement le choix, j’en ai bien peur. Je dois aller les rejoindre. Elle me brûle tellement….ce doit être relativement urgent !

Pitié Merlin, faite que je n’ai aucun enfant à tuer cette fois ci. Pas encore !

Je ne le supporterai pas. Même si je sais que grâce à ma fonction d’espion des milliers de vies peuvent être sauvées, tuer ces êtres humains en faisant semblant d’adorer cela jusqu’à l’extase me dégoûte au plus haut point.

Je n’en peux plus !

Cette vie n’est pas pour moi, je ne mérite tout de même pas cela. Du moins je ne pense pas. Personne ne mérite cela. Personne !

J’entends déjà les cris des victimes des mangemorts déjà présents. Ils ont d’après ce que j’ai compris emmené tout un village moldu afin de les torturer, juste pour s’amuser disent ils !

Ecoeurant !

Ils semblent fêter quelque chose. Je n’ai été prévenu d’aucune action décisive ou importance cette semaine. Alors pourquoi fêtent ils quelque chose ?

De tout façon je vais bien le savoir assez tôt. Trop tôt !

Le seigneur des ténèbres en personne vient m’accueillir. Mauvais présage !que me veut il ?

Toutes mes craintes s’envolent lorsqu’il s’adresse joyeusement à moi. Il ne sait toujours pas que je suis un traître au service d’Albus Dumbledore. C’est une bonne chose !

Par contre, le fait qu’il semble plus que satisfait de lui-même me fait craindre le pire !

Le pire aurait été trop beau !

A suivre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orlina

Orlina

Nombre de messages : 170
Date d'inscription : 02/08/2006

OS - Le dernier coucher de Soleil Empty
MessageSujet: Re: OS - Le dernier coucher de Soleil   OS - Le dernier coucher de Soleil EmptyMer 2 Aoû - 3:44

Avertissement bénin=> De nombreuses fautes d’orthographes se sont malencontreusement glissé dans cette fic. C’est fait exprès. Mais si puisque je vous le dis ! J’ai pas envie que mon prof de Français me gueule encore dessus à cause de mon orthographe moi :’(


BONNE LECTURE


Chap. 2/2


LE DERNIER COUCHER DE SOLEIL !


MERLIN ! VOUS N’AVEZ PAS LE DROIT DE ME FAIRE CELA !!! HARRY ! Que t ont ils fait ? Harry !

Harry !

Pourquoi faut il que ce soit toi ? Ne me regarde pas comme cela je t’en supplie sinon je vais craquer et me mettre à pleurer. Je ne les laisserai pas te faire du mal Harry !

Je te le jure sur mon existence entière !

Harry, Harry ne pleure pas ! Sois fort ! Ne leur donne pas ce plaisir, je t’en pris !

Brave garçon, là, tu ne pleures plus ! Tu es bien plus séduisant comme cela.

A peine quelques heures avant que le soleil ne se lève. Tu le verras se lever Harry, je t’en fais la promesse. Et tu verras tous les couchers de soleil qui succèderont ce magnifique lever de l’astre solaire.

Je te le jure Harry, tu ne mourras pas ! Je ne le permettrai pour rien au monde. Je t’aime Harry. Tu n’as pas le droit de mourir. Pas le droit. J’ai déjà perdu la première personne que j’ai aimé, je ne te perdrais pas toi aussi. Je n’y survivrai pas.

De toute façon je ne survivrai pas au plan que j’ai imaginé pour te sortir de la. C’est toi ou moi ! Il n’y a pas photo. Je demande à Voldemort de bien vouloir me réserver le premier tour, le premier coup, les premières tortures qu’on t’infligera. Je prétexte une rancœur particulièrement forte à ton égard. Il m’accorde ma requête. Je lui demande une heure pour me préparer. De bonne humeur, tout fier de sa capture, il m’accorde cela aussi. Tu ne pourras pas beau Gryffondor. Crois moi. Fais moi confiance.

J’ai vu l’horreur dans tes yeux lorsque j’ai demandé à te torturer le premier. Qu’à tu ressenti amour à cet instant ? Tu penses sûrement ton seul espoir de t’en sortir vivant partis en fumée.

Mais détrompe toi ! Tout ce que je fais, ce que je risque, je le fais pour toi. Uniquement pour toi.

En contrepartie tu devras vivre avec la connaissance de mon plus grand secret : mon amour pour toi !

Je sais que c’est cruel de te dire cela alors que je vais mourir. Tu vas sûrement te sentir coupable mais c’est le seul moyen, l dernière possibilité, que j’ai de te le dire.

N’oublie pas que je suis un Serpentard et que par conséquent je suis lâche et ne pense qu’à mes propres intérêts.

Je vais te sauver la vie au détriment de la mienne alors peut être qu’en ces circonstances mon aveu ne te dégoûtera pas…ou moins. Je l’espère !

Il me reste une demi heure mais la potion que je voulais faire est achevée. Je dois encore réfléchir. C’est la dernière fois que je peux encore le faire. Je revois le plan dans ma tête et imagine tout les scénarios catastrophe qui pourrait advenir. J’en viens à la conclusion qu’il ne serait pas de te faire boire LA potion en premier juste au cas où Voldemort voudrait que je la teste sur un moldu avant pour vérifier qu’elle ne te serait pas fatale.

Désolé Harry…..tu vas devoir souffrir !

Dans quelques minutes, ô combien trop courtes minutes, je vais m’avancer vers toi avec mon plateau de potions dans les mains. On va t’attacher sur une de nos grandes et nombreuses tables de torture. Je vais tout d’abord te brûler un peu avec de l’acide dont j’ai tout de même atténué l’effet. Puis je vais te faire boire une potion des plus horribles. Tu vas sentir ton épiderme se dilater laissant ta peau à vif.

Bien sur ce ne sera qu’une impression mais le fait est que le moindre contact de ta peau avec une matière physique (comme la table sous toi, tes habits sur toi) ou même simplement l’air (tout autour de moi) sera atrocement douloureux !

Je te ferais bien sur boire l’antidote avant de te faire ingurgiter la dernière potion que tu boiras. Elle est de ma création. C’est l’équivalent d’un portoloin. Lorsque tu la boiras, amour, je te toucherai et prononcerai le nom du lieu dans lequel tu te rendras. Poudlard bien sur !

La potion est faite pour te mettre en sécurité alors j’imagine que tu atterriras sûrement dans le bureau d’Albus.

Quant à moi, j’ai déjà la potion qui mettra fin à mes trop longues années de vie. Bien sur je pourrais boire moi aussi cette potion mais qui dira le nom du lieu où je pourrais m’échapper pour moi ?

La potion ne marche pas si celui même qui l’ingurgite prononce l’endroit d’asile qu’il souhaite atteindre. Il faut une deuxième personne.

Je n’ai pas eu assez de temps pour perfectionner cette potion. Je n’en aurais jamais le temps. Jamais plus ! Mais Harry, mon bel Harry, tu en vaut la peine, je t’aime !

Tu disparaître en buvant ce liquide au goût sûrement fétide. Moi je disparaîtrait aussi. De manières plus radicale et définitive.

Mais de toute façon personne ne me regrettera. Personne ne tiens au vieux Snape. Ca m’est égale.

Au creux de ta main je glisserai un morceau de parchemin sur lequel tu pourras lire mes sentiments pour toi et la manière dont je m’y suis pris pour créer cette potion. Elle pourra t’être un jour utile si jamais tu tombais, tout comme moi, amoureux. Je t’y explique comment ça marche comment t’y prendre.

Les derniers mots que tu pourras lire de ton professeur détesté seront : « Je retire 100 points à Gryffondor. Ne vous faite plus jamais attraper Potter. Je ne serai alors plus là pour réparer votre bêtise. Je t’aime ! -Ton professeur exécré- Puisse mon souvenir faire autre chose que de t’écœuré. »

J’avance vers toi, je te regarde te débattre. Rien n’y fait. Tu n’as aucun contrôle sur la situation présente. Ca doit te faire peur amour. J’en suis désolé.

Je pris pour que mon plan fonctionne. Voldemort en effet me demande de tester ma première potion. Bizarrement ce n’est pas sur un moldu qu’il m’ordonne de faire mes teste mais sur Peter Pettigrow. Je m’exécute avec plaisir. Répandre de cet acide sur ce petit rat dégoûtant et traître est des plus agréable.

Ensuite Voldemort me fais confiance comme je l’avais prévu.

Je déteste tellement te voir souffrir comme à cet instant après que tu as bu cette horrible potion. Je suis désolé amour ! Vraiment navré. Ca me fait aussi mal qu’à toi crois moi. Mais cela tu ne le sais pas encore. Tu ne le comprendras jamais.

Je voulais te donner rapidement l’antidote mais Voldemort semble apparemment aimer te voir ce rictus de pure douleur sur ton visage. Il connaît cette potion et s’amuse à te souffler fortement dessus pour accentuer la douleur.

Tu ne pleures même plus. La douleur n’en était qu’accrue. Ces larmes salées que tu versais devaient énormément te faire endurer un martyr sans nom lorsqu’elles entraient en contact avec ta peau à vif.

Je suis ignoble. Je l’ai toujours été mais là…là je suis pire même que Voldemort. Je te fais mal en brisant mon cœur par la même occasion.

Voldemort s’éloigne. J’en profite pour te donner l’antidote. Tu ne résistes même plus. Tu as bien trop mal. Je glisse mon parchemin sous les pans de ta robe voyant bien que ta main n’était pas en état d’être mise en contact avec un objet solide.

Puis tout se passe comme dans un coup de feu d’une de ces armes moldues. Tu disparaît, je m’éteints !

La mort m’ouvre les bras. La dernière chose que j’entends est le cri de rage de Voldemort.
J’ai réussi !

Tu es sain et sauf amour.

Je peux reposer en paix.

Dans quelques secondes la potion va finir son action meurtrière et libératrice sur dans mon corps et mon âme va pouvoir aller veiller sur toi.

Je t’aime Harry…



FIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
OS - Le dernier coucher de Soleil
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Coucher de soleil d hiver
» Coucher de soleil de la Fenêtre, en Morbihan
» Coucher de soleil en Suisse Normande
» Une lagune au coucher de soleil
» coucher de soleil luxembourgeois laaaa :-)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-=[ The fics paradise ]=- :: -=[ Fan-fics ]=- :: Fan-fics d'Orlina-
Sauter vers: